0

Cessez d’être gentil soyez vrai !

Résumé/synthèse du livre « Cessez d’être gentil soyez vrai ! »

De Thomas D’Ansembourg, 2001, 249 pages

(Cliquez sur l’image pour commander le livre)

 

Introduction

Comment rester soi-même sans pour autant rentrer en conflit avec les autres ?

Pour vous intégrer dans la société, vous avez toujours cru bon de vous couper de vous-même. Souvent, vous avez peur du rejet ou de la critique, alors vous donnez aux autres une façade de personne gentille. Mais cette façade efface justement la personne que vous êtes vraiment, efface vos besoins de repos, de sécurité, de temps, de reconnaissance … Et justement, vous vous retrouvez à ne plus pouvoir satisfaire vos propres besoins. Vous étouffez et vous enterrez votre souffrance et votre colère, comme une mine. Et un jour, vous vous retrouvez assis sur un véritable champ de mines ! Et le jour où ça pète, cela risque d’être violent !

Ce livre est là pour vous aider à déminer le terrain. Ses exemples concrets sont illustrés de témoignages personnels de Thomas D’Ansembourg. L’enseignement dans ce livre est très pragmatique, clair et accessible à tous. C’est une véritable mine d’or qui regorge de beaucoup de bons conseils à lire, à relire… et surtout à appliquer ! Très bonne lecture de mon résumé !

1 – Pourquoi êtes-vous coupés de vous-même ?

Votre éducation vous pousse à vous mettre à l’écoute des autres comme vos parents, vos professeurs, vos patrons … Ainsi, depuis votre plus tendre enfance, vous n’avez jamais appris à vous exprimer sur vous-même. Vous n’avez pas acquis les mots qui parlent de votre monde intérieur. Pour vous intégrer dans la société, vous avez toujours cru bon de vous couper de vous-même.

1.1 L’espace mental

Votre éducation s’est faite au détriment de votre personne et de ses besoins, ce qui a influencé votre mental. Vous avez été encouragé et stimulé d’une certaine manière dans la compréhension intellectuelle des choses.

Malheureusement, le résultat de tout ceci donne comme résultat:

  • De juger les autres trop rapidement et sur base de trop peu d’information.
  • De fonctionner trop souvent par automatismes et par habitudes sur base de concepts et d’idées toutes faites.
  • De penser que quelque chose est soit tout blanc, soit tout noir: « tu as tort » ou « tu as raison » …
  • De ne pas prendre vos responsabilités de ce que vous ressentez: la tristesse, la joie, être soi …

1.2 Les sentiments

Avec ce mode de fonctionnement, nous nous sommes inévitablement coupés de nos émotions et de nos sentiments. La pudeur et la réserve qui vous ont été transmises de génération en génération ne vous poussent pas à parler de vous-même. À force, vous ne vous connaissez pas bien. Vous ne trouvez pas non plus les mots justes pour parler des enjeux de votre vie intérieure. Vos besoins intérieurs sont justement renseignés par les signaux précieux donnés par vos sentiments.

1.3 Les besoins

Ce ‘concept‘ qui consiste à écouter ses propres besoins a longtemps été considéré comme du nombrilisme ou de l’égocentrisme. Mais pouvez-vous être à l’écoute des autres, si vous ne pouvez même pas déjà être à l’écoute de vous-même ? Commencez à apprendre à vous écouter. Écoutez-vous, écoutez vos besoins, écoutez vos sentiments …

1.4 La demande

Il est très important que vous puissiez réussir à formuler une demande claire afin que votre interlocuteur comprenne parfaitement vos besoins. Il ne s’agit plus ici d’attendre que l’autre comprenne ce besoin par l’intervention du Saint-Esprit pour le satisfaire.

2 – Prenez conscience de ce que vous êtes en train de vivre

2.1 Vous épuiser pour bien faire

Nombreuses sont les personnes qui s’oublient pour prendre soin des autres avant eux-mêmes. Ces personnes s’épuisent au fil du temps pour « bien faire« , jusqu’au jour où elles arrivent à ne plus être capables de rien faire.

Pour évoluer et se développer dans votre conscience de ce que vous vivez, il vous faudra considérer quatre stades:

  • L’observation.
  • Le sentiment.
  • Le besoin.
  • La demande.

2.2 L’observation

Observer sans juger ni interpréter de façon neutre est très important. Ce n’est pas si facile à faire, mais pourtant c’est essentiel.

Il y a deux choses à mettre dans la balance:

  • L’émotion que suscitent certains faits.
  • Les suppositions que l’on fait comme sa propre vérité.

Vous devriez dissocier les deux.

2.3 Le sentiment

Comment exprimer votre sentiment sans jugement des autres et sans interprétation de leur part ? Vous pouvez utiliser le « Je » pour exprimer votre sentiment, tout en gardant la responsabilité de ce que vous vivez. Par exemple, vous pouvez dire: « Je me sens en colère« , « Je me sens triste » … Cela n’implique pas directement vos interlocuteurs. Par contre, lorsque vous dites par exemple: « Je me sens manipulé » ou « Je me sens trahi« , vous traitez implicitement l’autre de manipulateur ou de traître. De cette manière, dans ce deuxième cas, vous restez enfermé dans un scénario de victime, de plainte et de conflit.

2.4 Le besoin

Nous avons tous des besoins:

  • De repos.
  • De sécurité.
  • De temps.
  • De reconnaissance.

Tous les besoins que vous avez n’ont pas forcément besoin d’être tous satisfaits, mais ils ont au moins besoin d’être reconnus. Vous devez également partir du principe que les autres ne soient pas là pour satisfaire vos besoins, même pas votre compagne ou compagnon. Inversement, vous n’avez pas non plus l’obligation de satisfaire les besoins des autres, y compris de votre conjoint.

2.5 La demande

Vous avez besoin de formuler des demandes afin de satisfaire vos propres besoins et qu’ils soient reconnus. Comment devez-vous formuler vos demandes ?

Vous devez formuler vos demandes de manière:

  • Négociables.
  • Réaliste.
  • Positives.
  • Concrète.

Vous devez créer un espace propice à la rencontre. Pour cela, c’est le caractère négociable qui va vous y aider le plus.

3 – Prenez conscience de ce que l’autre est en train de vivre

3.1 Communiquer, c’est exprimer et recevoir un message

Communiquer correctement est très important: c’est à la fois s’exprimer et écouter. Pratiquez la communication non violente pour basculer dans la confiance et rester présent aux autres tout comme à vous-même. N’ayez plus peur de vous dévoiler.

N’ayez plus peur d’entendre l’autre dans:

  • Ses difficultés.
  • Sa souffrance.

3.2 L’empathie

La compassion, ou l’empathie sont de porter votre présence dans:

  • Ce que vous vivez.
  • Ce que vivent vos interlocuteurs.

Voici les quatre étapes dans la pratique de l’empathie:

  • Écoutez activement sans rien dire et sans rien faire.
  • Portez votre attention sur les besoins et sur les sentiments de votre interlocuteur.
  • Reformulez les besoins et les sentiments de votre interlocuteur pour les reconnaître.
  • Observez votre interlocuteur dans ses signes de relâchement et de détente.

Utilisez la compassion silencieuse, et restez ouvert et bienveillant face aux personnes qui sont allergiques à l’empathie.

3.3 Prenez le temps

Pour éviter de perdre votre temps en disputes et en conflits, prenez bien votre temps pour communiquer correctement mutuellement.

4 – La rencontre

Avant d’aller à la rencontre des autres, vous devrez d’abord allez à la rencontre de vous-même, c’est inévitable. Vous pouvez penser que cette relation vers soi se fait tout seule, que cela va de soi, mais en réalité elle doit s’entretenir. Pour y arriver, vous devrez y consacrer du temps et de l’attention. Malheureusement, la plupart d’entre nous sont beaucoup plus préoccupés par l’intendance quotidienne que par notre intimité. En réalité, vous devez créer des lieux de paroles pour écouter vos propres besoins avant ceux des autres.

Que se passe-t-il avec les autres lorsque vous ne vous donnez pas du temps d’aller d’abord à la rencontre de vous-même ?

Lorsque vous fonctionnez plutôt sur le plan mental:

  • Vous vous loupez l’un l’autre.
  • Vous rentrez de plein fouet dans la dispute.
  • Vous n’osez pas vous monter tels que vous êtes pour éviter les projectiles verbaux.

5 – Les 2 clés pour la paix: le sens et la sécurité affective

5.1 Nous avons été éduqués à faire, pas à être

Depuis notre enfance, nous avons appris que pour être aimés, il faut respecter des règles, nous devons correspondre aux attentes des autres.

Au vu de cette constatation, vous vous efforcez à être:

  • Un gentil garçon, faire plaisir aux autres.
  • Un bon fils.
  • Un bon mari.
  • Un bon père.
  • Un bon collègue.

Malheureusement dans tout cela, vous ne savez tout simplement plus être vous-même. Vous croyez être responsable des sentiments des autres, alors vous vous culpabilisez. Mais vous n’arrivez pas pour autant à être à l’écoute de l’autre. Vous pensez que pour prendre soin de quelqu’un, cela signifie de le prendre en charge. Or, c’est faux. Pour bien prendre soin de quelqu’un, c’est avant tout avoir confiance dans les facultés de la personne à pouvoir s’en sortir elle-même. Cela veut dire avant tout de faire confiance dans ses propres capacités.

5.2 Être aimés comme nous sommes

Vous devriez arrêter d’essayer de correspondre aux attentes des personnes qui vous entourent. De même, arrêtez de demander aux autres de correspondre à vos attentes: votre conjoint, vos enfants … Aimez-les tels qu’ils sont, c’est à dire authentique, avec leurs qualités et leurs défauts. Pour y arriver, vous devrez développer un sentiment de sécurité intérieure en vous séparant de vos rôles sociaux de bon(ne) fils/fille, bon(ne) époux/épouse, bon(ne) père/mère …

Vous vous libérerez ainsi de la peur:

  • De la désapprobation.
  • De vos différences et de celles des autres.

5.3 Cessons d’être gentils, soyons vrais !

Derrière notre façade de personne gentille, il y a souvent la peur:

  • De perdre.
  • Du rejet.
  • De la critique.

Par contre, si vous ne vous montrez pas honnête avec vous-même et authentique, vos relations avec les autres ne seront pas durables ni satisfaisantes. Au final, vous ne pourrez pas éviter la vérité.

5.4 Comment dire non

Être obéissant ne fera pas de vous un être responsable, au contraire cela fera de vous un automate.

Si vous apprenez à dire « non », cela vous apportera quatre valeurs essentielles:

  • Le respect, aussi bien de la part des autres que vis-à-vis de vous-même.
  • L’autonomie.
  • La responsabilité.
  • La force.

Commencez par dire « non » dans des situations faciles à gérer, comme entraînement. Par la suite, vous pourrez y arriver plus facilement dans des situations plus difficiles. Efforcez-vous de dire « non » d’une façon créative et constructive, parce que c’est une façon de dire « oui » à d’autres choses. Développez également votre capacité à entendre le « non » des autres sans le prendre personnellement.

5.5 La peur du conflit

Votre peur du conflit est en réalité un besoin de sécurité affective: serez-vous toujours aussi aimable si vous n’êtes pas d’accord avec votre interlocuteur ? Au-delà de vos peurs, saviez-vous que ce « conflit » est potentiellement une formidable opportunité d’évolution ?

5.6 Comment vivre la colère ?

Savoir exprimer ou entendre la colère peut vous sembler difficile. La colère est un signal d’alarme efficace qui signifie le besoin de votre propre écoute. Étouffer et enterrer votre colère n’est bon pour personne, car c’est comme de s’asseoir sur un véritable champ de mines ! Le jour où ça pète, cela risque d’être violent et même jusqu’à se transformer en agression sur quelqu’un.

Savez-vous comment prendre soin de vos colères ?

Cela consiste à:

  • Vous taire plutôt que d’exploser et d’agresser, parce que la personne agressée ne pourra pas bien nous entendre.
  • Sachez accueillir toute votre colère. En acceptant, la violence qui est en vous vous servira d’exutoire. Regardez votre violence en face.
  • Identifiez vos besoins qui sont insatisfaits.
  • Identifiez vos nouveaux sentiments qui peuvent se manifester. Car derrière votre colère, il peut y avoir la fatigue d’une situation et le besoin, voir la nécessité, de changement.
  • Exprimez votre colère idéalement lorsque la tension est relâchée.

Afin de pouvoir écouter la colère des autres, essayez de rester patient et essayez de pratiquer l’empathie.

6 – Renseignez-vous mutuellement et partagez vos valeurs

6.1 – Il faut, tu dois, c’est comme ça, je n’ai pas le choix, je n’ai pas le temps

À quoi vous sert réellement vos « il faut » que vous vous imposer tout le long de votre journée ? Ce type de langage vous déresponsabilise, anesthésie votre conscience et transforme en véritable robot. Les contraintes induites par vos « il faut » sont inconfortable, mais malheureusement trop familières et envahissantes. Sachez remettre en cause votre sens du devoir et vos habitudes. Cela peut vous faire peur, mais agissez plutôt par choix et par élan du cœur. Votre vie se trouve ici même et dans ces enthousiasmes.

À quoi et à qui consacrez-vous votre temps et votre énergie ?

Votre réponse sera un excellent indicateur sur:

  • Vos priorités.
  • Vos choix.
  • Les besoins que vous avez choisi de satisfaire.

La priorité est hélas trop souvent donnée sur tout ce qui concerne l’intendance plutôt qu’à l’écoute des membres de votre famille.

6.2 – Un sens à sa vie

Prenez soin de votre besoin de vous sentir pleinement vivant. Si vous ne le faites pas, vous prenez le risque à la place de combler ce besoin d’une façon destructrice.

Vous avez d’abord besoin de connaître:

  • Le sens de votre vie.
  • La direction de votre vie.
  • La signification de votre vie.

6.3 – Punitions et sanctions

Notre système d’éducation est basé sur un vieux système: les punitions et les récompenses. Le souci avec ce système est qu’il ne crée pas de sécurité intérieure ni de la confiance en soi. Il ne fonctionne pas dans l’éducation des enfants ni au sein des entreprises.

Pourquoi ?

Parce que ce système fait appel:

  • À la peur.
  • À la culpabilité.

Alors qu’il serait mieux de faire appel:

  • À l’enthousiasme.
  • À l’adhésion.

La fermeté est parfois nécessaire, mais ne serait-on pas plus fort (et plus durable) sans agressivité ?

Avec l’enthousiasme et l’adhésion, la réponse est évidente.

7 – La méthode

Comment faire ?

Soyez présent à vous-même sans jugement au moins trois minutes et trois fois par jour. Posez-vous cette question essentielle: « Y a-t-il quelqu’un à l’intérieur ?« 

Ensuite, soyez reconnaissant. Exprimez cette gratitude pour tous vos besoins comblés. Car la gratitude est la vitamine de la relation !

Épilogue: jardinez la paix

La violence exprime nos besoins:

  • Non reconnus.
  • Non satisfaits.

Ce n’est pas l’expression de notre nature. C’est l’expression de la frustration de notre nature.

Optez pour la communication consciente et non violente. C’est un mode de résolution des conflits. Cela vous permettra de vous déprogrammer du vieux système de la violence.

Il n’y aura pas de paix dans le monde tant que l’homme ne prendra pas soin chaque jour de cultiver sa paix intérieure. Cette paix se propagera ensuite par rayonnement.

La paix, c’est contagieux !

Conclusion

Ce livre est rééquilibrant pour le lecteur, dans une culture qui pousse à se couper de soi-même. C’est une nécessité pour tous les « trop gentils » du monde qui sont déconnectés de leurs émotions. Il vous bouleversera à coup sûr si vous lisez votre premier livre de développement personnel. Par contre, il sera un précieux guide si ce n’est pas votre premier.

Il y a de la joie d’être plus connecté aux autres et à soi-même. Il y a du bonheur en se sentant plus ouvert.

 

Mon article a-t-il pu vous aider ? Alors n’hésitez pas à apporter vos témoignages… N’hésitez pas à m’écrire ! N’hésitez pas non plus à partager cet article sur les réseaux sociaux. Merci !

Avez-vous trouvé cet article intéressant? Alors, notez-le ci-dessous.

 

Crédit photo: https://pixabay.com/ (photos libres de droits et gratuites)

Liens vers le livre

Pour avoir tous les détails, il est temps d’acheter au moins un des livres de référence sur ce sujet. De plus, si vous faites l’acquisition d’un livre par mes liens, vous m’aiderez et vous m’encouragerez à écrire d’autres articles de qualités, sans pour autant que vous déboursiez plus. Alors, n’hésitez pas !


Cessez d’être gentil, soyez vrai ! Etre avec les autres en restant soi-même

Nous sommes souvent plus habiles à dire leurs quatre vérités aux autres qu’à leur exprimer simplement la vérité de ce qui se passe en nous. Nous n’avons d’ailleurs pas appris à tenter de comprendre ce qui se passe en eux. Nous avons davantage appris à être complaisants, à porter un masque, à jouer un rôle. Nous avons pris l’habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d’acheter la reconnaissance, l’intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes. Nous avons appris à nous couper de nous-mêmes pour être avec les autres. La violence au quotidien s’enclenche par cette coupure : la non-écoute de soi mène tôt ou tard à la non-écoute de l’autre, le non-respect de soi mène tôt ou tard au non-respect de l’autre. Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est un seau d’eau lancé pour nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être davantage conscients de notre manière de penser et d’agir. En illustrant ses propos d’exemples percutants, l’auteur explique comment notre tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence et à reporter sur d’autres cette violence. Pour éviter de glisser dans une spirale d’incompréhension, il s’agit de reconnaître nos besoins et d’en prendre soin nous-mêmes plutôt que de nous plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Ce livre est une invitation à désamorcer la mécanique de la violence, là où elle s’enclenche toujours : dans la conscience et le cœur de chacun de nous.


Cessez d’être gentil, soyez vrai! (edition illustree)

Nous avons pris l’habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d’acheter la reconnaissance, l’intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes. Nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres. La violence au quotidien s’enclenche par cette coupure : la non-écoute de soi mène tôt ou tard au non-respect de l’autre. Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est un seau d’eau lancé pour nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être d’avantage conscients de notre manière de penser et d’agir. Le message de Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est plus actuel que jamais. Pour rendre son propos encore plus accessible, l’auteur a choisi de revoir son texte et de l’agrémenter d’illustrations humoristiques. Condensée, simplifiée et plus légère, cette nouvelle édition constitue le premier pas capital pour quiconque cherche à se libérer de ses habitudes néfastes et à s’ouvrir aux concepts de la communication non-violente.


Cessez d’être gentil soyez vrai : Être avec les autres en restant soi-même

Nous sommes souvent plus habiles à dire leurs quatre vérités aux autres qu’à leur exprimer simplement la vérité de ce qui se passe en nous. Nous n’avons d’ailleurs pas appris à tenter de comprendre ce qui se passe en eux. Nous avons davantage appris à être complaisants, à porter un masque, à jouer un rôle. Nous avons pris l’habitude de dissimuler ce qui se passe en nous afin d’acheter la reconnaissance, l’intégration ou un confort apparent plutôt que de nous exprimer tels que nous sommes. Nous avons appris à nous couper de nous-même pour être avec les autres. La violence au quotidien s’enclenche par cette coupure : la non-écoute de soi mène tôt ou tard à la non-écoute de l’autre, le non-respect de soi mène tôt ou tard au non-respect de l’autre.

Cessez d’être gentil, soyez vrai ! est un seau d’eau lancé pour nous réveiller de notre inconscience. Il y a urgence à être davantage conscients de notre manière de penser et d’agir. En illustrant ses propos d’exemples percutants, l’auteur explique comment notre tendance à ignorer ou à méconnaître nos propres besoins nous incite à nous faire violence et à reporter sur d’autres cette violence. Pour éviter de glisser dans une spirale d’incompréhension, il s’agit de reconnaître nos besoins et d’en prendre soin nous-même plutôt que de nous plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Ce livre est une invitation à désamorcer la mécanique de la violence, là où elle s’enclenche toujours : dans la conscience et le coeur de chacun de nous.

Le livre du blog

En complément à ce blog, j’ai écrit un livre: Santé, bonheur, amitié, Amour : Je me sens épanoui ! » qui vous donne la possibilité supplémentaire d’emporter avec vous, partout où vous irez, les meilleurs conseils pour vous sentir pleinement épanoui ! Cliquez sur l’image ou le lien ci-dessous pour en savoir plus sur mon livre.


Santé Bonheur Amitiés Amour: Je me sens épanoui !

 

Profitez-en pour rester en contact avec nous

La lettre d’information de notre blog a pour finalité de vous envoyer des conseils au travers d’un e-mail d’information mensuel.

Tout comme vous, nous haïssons les spams, et ici votre vie privée est respectée: Votre adresse email ne sera jamais vendue ou partagée avec qui que ce soit.

Il est également possible de se désinscrire de notre lettre d’information grâce à un lien situé en bas de chaque email reçu.

Merci.

* indique un champ requis


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.